BOURGOGNE SOLIDARITE SAHEL A GUEGUERE(1)

Publié le par ARAIRE

IMG_9453.JPG

Une délégation de l’Association Bourgogne Solidarité Sahel s’est rendue à Guéguéré, au Burkina Faso, dans la province de IOBA, du 7 au 23 janvier dernier. Jean-Pierre VIGNER, Françoise DIHO, Nicole et Maurice NUGUES, Anne-Marie et Jean-Pierre BONVALLOT, Jacqueline et Marcel FOLLEA la constituaient.

 

Jean-Pierre VIGNIER qui s’est construit une concession dans le village de Batiélé, passe maintenant plusieurs mois par an à Guéguéré.  Il représente l’association et agit en son nom. Il développe des actions et des expérimentations en partenariat avec l’AAP (Association Action Participation) sur le trait, la charrue et la fenaison. Françoise DIHO s’est rendue à Guéguéré plusieurs fois depuis 2006, s’intéressant plus particulièrement à l’atelier savonnerie, géré par des femmes et mis en place par l’AAP.

 

Le but de notre mission était de faire le point sur les activités engagées, participer à l’inauguration de la classe construite au collège du département, imaginer d’autres pistes d’actions et tourner des séquences filmées pour la réalisation d’un court métrage de sensibilisation.

 

Le voyage a commencé par une palpitante aventure. Si la piste et la poussière nous attendaient sur fond de brousse, si la chaleur nous promettait un thermomètre en folie, il a fallu affronter la neige sur le chemin d’Orly sud. Parti sagement à 4 H 00 de Dijon, nous ne sommes arrivés qu’à dix à l’aéroport. Nous y serions encore sans la virtuosité de notre pilote qui profitant du passage d’une voiture de police, s’est frayé un chemin dans le sillage de la sirène hurlante. Bourrasque, neige, glissade, tous les ingrédients étaient réunis pour que nous rations notre avion. Mais à toute chose malheur est bon et ce qui nous a empêché d’être à l’heure a empêché les avions de décoller.

 

A 15 H nous quittions la blanche terre de nos ancêtres. 6 heures plus tard, il faisait 20 degrés sur le tarmac, nous atterrissions à Ouagadougou.

 

Bonne arrivée ! Fidèle nous attendait et les formalités administratives ont été réduites à leur plus simple expression. Une heure plus tard, nous étions installés dans les chambres du centre culturel Gambidi.

 

Nous avons passé la journée du lendemain  à Ouaga (2) : Repos, visite et réunion avec les Dagaras de Ouaga. Le 9 à sept heures, le trafic de l’association et le 4X4 de Fidèle prenaient la direction de Guéguéré, via Sabou, Boromo, Pa et Dano.



 

Toute la concession nous attendait à Guéguéré. Il faut dire que notre arrivée n’est pas passée inaperçue et que le téléphone africain avait magnifiquement fonctionné. Jean-Pierre VIGNIER nous a fait les honneurs de sa maison, que dis-je de son château, de sa pyramide. Une bâtisse qu’il a fait construire sur le concept de la voute nubienne dans laquelle rien ne manque. On s’éclaire avec des lampes à pétrole, à huile ou à essence. L’approvisionnement en eau est assuré par Paulette. Les repas sont préparés par Ferdinand, et Paulette. 


IMG 9114 IMG 9344


A partir de ce home de fraicheur et de bien être, au confort simple et efficace, nous avons organisé nos journées avec la complicité de Florent, technicien à l’AAP (3) et de Janvier et Jibril responsables du CLD, association locale par laquelle transitent toutes les actions entreprises et la gestion financière qui s’y rattache.

 

La savonnerie :

 

Fabriqué à partir de beurre de karité, le savon de Guéguéré avait la cote et un groupement de femme, sous l’égide de l’AAP en assurait la production. Depuis quelques mois, la fabrication a cessé, les noix  se vendant mieux que le savon, concurrencé par celui industriel de Côte d’Ivoire et du Togo. La fermeture de l’atelier de presse du beurre et de savonnerie est regrettable pour  toutes les femmes qui y trouvaient une activité sociale, gratifiante et lucrative pour améliorer leur quotidien. Françoise qui suit ce dossier depuis plusieurs années a conduit la délégation qui s’est entretenue avec les responsables de l’AAP, Florent et Loyir, faisant valoir qu’une fabrication de beurre de Karité ou un savon de qualité et de surcroît en quantité régulière pourrait peut-être intéresser les filières du Commerce Equitable. Une recherche d’informations fiables à ce sujet sera menée en France et transmise par Internet à l’AAP.

 

Parallèlement, nous avons admiré, photographié et filmé la fabrication traditionnelle et familiale du beurre de Karité. Un savoir faire étonnant, gracieux ballet de mortier et de pilons, des gestes précis et rythmés du barattage à la main qui malgré la dureté de l’exercice, offrait des scènes de liesse féminine somptueuses.

 

 

 GUEGUERE-2006-109.jpgjanvier-2010-229.jpg

 

 

La faux, le joug et la charrue.

 

Ce pourrait être le titre d’une fable dagara (4) dont se serait inspiré Jean-Pierre VIGNIER pour engager le long chemin du développement, de l’exemplarité et de l’expérimentation. Le processus a été engagé il y a un peu plus de 4 ans en prolongement d’un projet d’appui au développement agro-pastoral, le projet s’inscrivant dans le cadre d’une coopération participative dans la province du Ioba.

 

La charrue, construite par les artisans locaux sur un modèle franc-comtois importé commence à attiser les curiosités et les expériences réalisées par Jean-Pierre VIGNIER dans un champ spécialement destiné à cet effet suscite maintenant un intérêt croissant.

De la même façon, pour améliorer la qualité du trait et le confort des animaux, le joug fabriqué lui aussi par les artisans de Guéguéré rencontre un franc succès. On est passé là, de la phase expérimentale à la phase d’application. Des villageois ont adopté et acheté ce joug. Il faut avoir vu la fierté de Casimir faisant le tour du village pour montrer ses deux bœufs coiffés de joug frappant neufs pour se convaincre de la pénétration du concept.

 

L’usage de la faux, la fenaison et la conservation du foin sont un peu plus long à se mettre en place, mais la nécessité de l’herbe dans la lutte contre la faim devrait convaincre les plus réticents.

 

DSCN4858.JPG
 

Le collège de Guéguéré.

 

L’association Bourgogne Solidarité Sahel se préoccupe du devenir du collège depuis sa création et la récente décision du gouvernement Burkinabé de rendre la scolarité secondaire gratuite a mis en ébullition l’imagination des enseignants, des élus et des parents d’élèves pour palier le manque criant de locaux nécessaires à l’accueil de ces nouveaux élèves.

 

Nous avons décidé d’accompagner ces besoins en construisant la 5° classe de ce collège dont le coût total s’est élevé à 13000 €. Ce financement a été assuré en partenariat avec l’Association amie « A petits pas » (4) qui a participé à hauteur de 5000 €.

 

L’inauguration de cet établissement en présence du Préfet, du Maire de Guéguéré et de l’inspecteur régional de l’éducation a mis en évidence l’importance des besoins mais aussi la profonde reconnaissance de tous pour une aide financière immédiatement traduite sur le terrain par la jouissance de nouveaux locaux.

 

IMG 9469 

IMG 9203IMG 9478

L’école de Doumouolé

 

En visite dans le village de Doumouolé, nous avons été invités par le chef à rencontrer les enseignants des deux classes constituant le groupe scolaire. Nous avons trouvés deux paillotes ombrageant joliment la classe et les élèves. Mais ce qui nous paraissait plein de poésie sous le soleil tempéré de janvier devait être une calamité à la saison des pluies et sous les assauts de l’Harmattan.

 

Les élèves sont studieux. Les enseignants originaires de la région devraient échapper au turnover habituel des gens de la ville nommés en pleine brousse, sans confort et sans grands moyens pédagogiques. Ils se sont adressés à Jacqueline l’institutrice honoraire de la délégation pour lui faire part de leurs doléances.

 

Le message a été entendu et des fournitures scolaires devraient leur parvenir prochainement.


IMG_2785.JPGIMG_2795.JPG

Le CSPS (centre de soins et de promotion sociale).

 Emilie-a-Gueguere-156.JPG


Il devrait faire l’objet de notre attention dans les temps à venir et en fonction des moyens dont nous disposons. La délégation s’est déplacée à deux reprises au centre de soins et a constaté un état de délabrement des locaux et des matériels médicaux mis à disposition du personnel soignant. Les membres de la délégation ont décidé de faire don de 4 matelas en remplacement immédiat de ceux existant à la maternité.




 

Tous les membres de la délégation sont revenus heureux de leur séjour et du constat que les micros projets mis en place soient immédiatement utiles à des populations volontaires mais en manque chronique de ressources. Bourgogne solidarité sahel qui ne demande ni ne dispose de subvention, continue son opération du vin pour de l’eau et vous proposera prochainement une gamme de vins de Bourgogne d’excellente qualité. La vente de savon 100% beurre de karité va s’organiser et il n’est pas inutile de passer commande pour assurer à l’atelier la vente par anticipation de sa production.

 

Enfin, de nombreuses prises de vues ont été réalisées pendant ce séjour. Elles s’ajouteront à celles déjà rapportées de récentes missions. Elles devraient faire l’objet d’un montage destiné à la sensibilisation de tous nos partenaires que BSS 21 remercie vivement !

Yani !


(1) Prononcer guéguéré
(2) Ouagadougou
(3) Association Action Participation
(4) Ethnie minoritaire au Burkina originaire du Ghana et majoritaire à Guéguéré
(5) Association Française de MEOLANS REVEL (04) agissant dans la région de Bobo 

(6) Salut en langue Dagara

Publié dans SOLIDARITE

Commenter cet article