ELECTIONS REGIONALES: CPCA

Publié le par ARAIRE


IMG_2876-copie-1.JPGLes 14 et 21 mars prochains, les françaises et les français sont appelés à voter pour élire leurs conseillers régionaux.


Au fil des années, les régions interviennent de plus en plus directement dans la vie quotidienne des français, en matière de transport et de mobilité, de formation, d’aménagement des espaces naturelles, ou d’emplois.


Concernant la vie associative le soutien des régions a augmenté de 40% entre 1999 et 2005 en plus du déploiement de dispositifs d’emplois aidés spécifiques pour les associations dans des proportions parfois importantes. Ces chiffres témoignent de la compétence régionale en matière de développement des territoires et donc d’élaboration, plus ou moins concertée selon les régions, qu’une politique associative régionale incluant des dispositifs d’emplois aidés, de formation des bénévoles, de soutien aux têtes de réseaux régionales, de soutien aux dispositifs d’accompagnement des associations est en construction. Pour la CPCA, l’enjeu de la prochaine mandature est celui de la consolidation de cette compétence en matière de développement territorial par et pour le tissu associatif.


Les débats organisés par les CPCA régionales avec les têtes de listes aux élections montrent que les responsables politiques ont une vision plutôt convergente de la place et du rôle des associations dans le territoire régional. Les associations sont vues comme les partenaires d’une co-construction des politiques à partir du terrain et comme une économie sociale en action. Si la région doit devenir l’espace territorial stratégique, le deuxième enjeu serait-il celui de la capacité des regroupements associatifs à se « régionaliser » plus encore tout en gardant leur ancrage de proximité ? C’est un questionnement propre au mouvement associatif organisé mais qui doit être soutenu et accompagné par la région.


En mars 2000, la CPCA avait lancé un programme de structuration régionale du mouvement associatif organisé. 10 ans après, nous constatons qu’au niveau régional les innovations en matière de politiques publiques sont fortes. La prochaine mandature doit confirmer cette tendance. Le pourra t-elle ? La réforme des collectivités territoriales engagée apparaît à la fois légitime dans ses intentions et inquiétante dans ses conséquences pour les associations. La CPCA sera particulièrement vigilante afin que cette réforme ne remette pas en cause les indéniables réussites de la décentralisation dans le partenariat pouvoirs publics – associations. Les associations, qui sont plébiscitées par les français pour amortir la crise, créer du lien social et intergénérationnel dans les territoires, ne doivent pas, ne peuvent pas diminuer leur intervention auprès des populations. C’est un enjeu de société.


Gilles Le Bail,

Vice-président de la CPCA en charge des territoires

Publié dans COORDINATIONS

Commenter cet article